Isolation d’une ancienne maison : comment réduire ses frais d’énergie ?

Voici des conseils qui vous aideront à économiser de l’énergie et, au final, de l’argent, lorsque vous rénoverez votre ancienne maison pour l’isoler. Découvrez les différents types d’isolation, l’intérêt de l’isolation, les techniques d’installation, les options écologiques et bien plus encore.

Isoler une vieille maison, c’est primordial

Se tenir au chaud dans une vieille maison peut être (très) difficile. Les maisons construites avant 1940 étaient rarement bien isolées, et si elles l’étaient, les produits utilisés à l’origine auraient pu se déposer ou se détériorer avec le temps, laissant la chaleur s’échapper et l’air froid s’infiltrer. Les murs, le toit et le plancher du grenier, sont de bonnes cibles pour améliorer l’isolation…

J’ai grandi dans une maison avec une fine ossature, et donc avec très peu d’isolation. Je me souviens bien de ces journées glaciales de janvier. Quand je me plaignais que la maison était trop froide, mon père me répondait simplement : “Mets un pull”.
Vous me direz : super conseil… Aujourd’hui, il existe sur le marché une multitude d’options d’isolation thermique économiques et économes en énergie, et le choix de ce qui convient à votre maison dépend de plusieurs facteurs. Voici quelques conseils pour vous guider dans votre projet d’isolation d’une maison ancienne.

Avez-bous besoin d’une nouvelle isolation ?

Déterminez d’abord si vous avez de l’isolation. Il est facile de confirmer si vous avez ou non de l’isolation dans votre grenier – généralement du remblai en vrac entre les solives du plafond ou des matelas de fibre de verre colorée exposés. Vous pouvez également vérifier si vos murs extérieurs présentent une série de trous rapiécés. C’est un signe révélateur d’une isolation soufflée. Vous pouvez également utiliser une caméra thermique pour vérifier les déperditions de chaleur.


Les vieilles maisons peuvent être des endroits où il y a des courants d’air, et l’air chaud peut s’échapper d’une multitude d’endroits. Vérifiez les endroits où vous risquez de perdre de la chaleur dans votre maison. Les cheminées et les foyers dont les registres ne fonctionnent pas sont typiques. Il faut également tenir compte des fuites d’air par des fissures autour des fenêtres, des conduits, des prises électriques et de l’éclairage encastré. Notez que le principal site de perte de chaleur se situe dans le haut de la maison. La chaleur s’élève et peut s’échapper par les toits qui ne sont pas suffisamment isolés.

Isolation pré-existante : doit-on l’ôter ?

À la fin du XIXème siècle, l’isolation primitive pouvait être composée de plusieurs matériaux banals, tels que du papier journal, des copeaux de bois, des épis de maïs et même des algues. Les laines minérales – des substances comme les scories de roche “filées” en fibres – ont également été installées dans les maisons dès 1875 et sont encore utilisées aujourd’hui. Ces premiers matériaux peuvent être laissés sur place, car ils permettent une certaine barrière contre le froid.
Les matériaux d’isolation introduits au milieu du XXe siècle, contenant de l’amiante et de l’urée-formaldéhyde, sont nettement plus préoccupants.

La dangereuse amiante

En 1910, l’amiante était un composant courant de l’isolation des systèmes de chauffage, et dans les années 1930, il était également ajouté à certains produits d’isolation des bâtiments. Si vous pensez que votre maison est isolée avec de l’amiante, un cancérigène connu, faites tester le matériau. L’enlèvement complet de cette isolation serait trop envahissant pour la plupart des vieilles maisons, il faut donc la laisser seule – à moins que votre projet ne soit une réhabilitation totale et que vous deviez enlever les murs et les plafonds. Si l’amiante s’écaille, vous pouvez encapsuler le matériau – rappelez-vous que les fibres d’amiante sont un problème de santé uniquement lorsqu’elles sont en suspension dans l’air.

L’aminoplaste

L’aminoplaste urée-formaldéhyde est une combinaison de résine, de durcisseur et d’air comprimé développée comme matériau d’isolation dans les années 1970, qui a été transformée en mousse dans des espaces muraux fermés. Il a été largement abandonné dans les années 1980 en raison des craintes de dégagement de gaz lors du durcissement du produit, mais nous avons aujourd’hui une meilleure compréhension du produit et du fait que la quantité de vapeurs produites est limitée. Après le durcissement initial, le matériau ne dégagera pas de gaz, sauf s’il entre en contact avec de l’eau ou de l’humidité, il peut alors se décomposer et recommencer à dégager des gaz. Vous pouvez faire tester votre maison pour ces vapeurs par une entreprise spécialisée ou lors d’un audit thermique.

Isolation thermique & phonique : quels matériaux utiliser ?

L’isolation des bâtiments peut être classée en quatre catégories générales :

  1. . les matériaux de remplissage (cellulose, fibres minérales ou de verre) ;
  2.  les nattes (fibre de verre, coton ou diverses laines) ;
  3. les panneaux d’isolation rigides (composés de mousses plastiques ou de fibres de verre) ;
  4.  les sprays expansibles (systèmes brevetés).

Isolation en matelas et rigide

L’isolation par chauves-souris et l’isolation rigide entrent généralement en jeu lors d’une restauration majeure qui nécessite le remplacement des murs ou lorsque vous installez de l’isolation dans des espaces non finis comme les greniers.

Remblai libre

L’isolation la plus courante pour les vieilles maisons est le remblai en vrac, car il peut atteindre des endroits où il est difficile d’installer d’autres isolants. C’est aussi celui qui a le moins d’effet sur les finitions existantes. L’isolant traité aux sulfates réagit avec l’humidité en formant de l’acide sulfurique, qui peut endommager la plupart des métaux (y compris la plomberie et le câblage en cuivre), la pierre, la brique et le bois. Les borates sont physiquement et chimiquement compatibles avec de nombreux matériaux existants dans les maisons anciennes”, indique une note de synthèse de l’Agence Environnement Protecteur.

Isolation rigide

L’isolation rigide est utilisée dans les murs de maçonnerie tels que les fondations, les murs extérieurs sous les finitions et les toits à faible pente non ventilés.

Isolation par soufflage

Des isolants soufflés et des sprays d’expansion sont utilisés dans les murs existants. La cellulose soufflée typique est un produit en papier déchiqueté qui est léger et peut remplir les zones difficiles d’accès dans l’enveloppe du bâtiment.
Le soufflage d’isolant est la méthode la moins invasive pour isoler votre ancienne maison. Vous pouvez ajouter de l’isolant soufflé à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison.

Valeur R de l’isolant

La valeur R d’une isolation – la résistance thermique ou la résistance au flux de chaleur du matériau – dépend de la région du pays où vous vivez et de la partie de la maison que vous isolez. Plus la valeur R est élevée, plus le matériau est isolant.
Les valeurs R vont de zéro à 40 et plus – la valeur la plus faible convient aux endroits où il fait chaud, comme en Floride, la valeur la plus élevée convient aux climats froids, comme à Chicago. Le site web du ministère de l’énergie indique ce que la valeur R devrait être pour votre région.

Où installer l’isolant ?

Cette réponse variera d’une vieille maison à l’autre. Comme nous l’avons mentionné, la plupart des pertes de chaleur se font généralement par le toit. Comme l’air chaud a tendance à monter et l’air froid à descendre, l’isolation du grenier est le point de départ. Si le grenier n’est pas fini, l’isolation doit être installée sur le sol. Si le grenier est utilisé comme espace de vie, par exemple un bureau à domicile ou une salle de jeux, l’isolation doit être placée entre les chevrons.
L’une des plus grandes erreurs dans ce cas est d’installer l’isolation sans prévoir un chemin de ventilation adéquat entre l’isolation et l’extérieur du bâtiment. N’obstruez pas les ouvertures d’aération du soffite, du faîte ou du pignon dans le toit. Cela peut créer des problèmes d’humidité. L’isolation thermique ne doit jamais être placée autour d’un vieux câblage. Demandez à un électricien de vérifier si l’isolation électrique de votre câblage est conforme aux normes. Le code national de l’électricité recommande de ne pas placer d’isolant soufflé ou en matelas autour des vieux câbles à boutons et tubes, ce qui pourrait empêcher la dissipation de la chaleur des conducteurs électriques et provoquer un incendie.

Comment limiter les problèmes d’humidité ?

Lors de la rénovation d’une vieille maison avec de l’isolation, l’un des points les plus importants est d’éviter de créer des problèmes d’humidité. La formation de moisissures, l’écaillage de la peinture et même le bois pourri sont autant de signes d’un taux d’humidité élevé.
NORD => Dans les climats nordiques, l’humidité des espaces de vie (cuisine, bain, etc.) peut causer des problèmes lorsqu’elle migre dans les murs et se condense dans l’isolation, surtout par temps froid. À mesure que l’humidité s’accumule, elle peut entraîner le tassement des remblais ou créer d’autres problèmes. Pour éviter cela, le pare-vapeur de l’isolation doit être orienté vers l’intérieur des espaces de vie.
SUD => Dans les climats méridionaux, les problèmes d’humidité surviennent pendant les mois d’été lorsque l’air humide de l’extérieur migre dans le bâtiment. Dans ces cas, il y a une controverse sur l’emplacement du pare-vapeur. Consultez votre fabricant d’isolant pour connaître le bon emplacement. Lorsque vous isolez des greniers non finis, placez les nattes sur le sol avec le pare-vapeur tourné vers le bas en direction de l’espace habitable.